Accueil > La recherche

La recherche

 Présentation Générale

  • Présentation

    Depuis sa création, le Département d’Ethique n’a cessé de confirmer son engagement en recherche : éthique clinique, pédagogie du soin, éthique économique, philosophie du management et plus récemment anthropologie de la famille et du sujet contemporain. Cet engagement s’est traduit par une politique de publications et de participation active à des colloques aux niveaux national et international. Les membres du DE sont fortement insérés dans plusieurs réseaux disciplinaires de chercheurs.
    Attaché à une approche contextuelle et interdisciplinaire de l’éthique, le DE a développé sa recherche en philosophie depuis 2010 par le recrutement d’enseignants-chercheurs docteurs et de doctorants.
    Deux thématiques transversales ont ainsi émergé :
    •    entre politique institutionnelle et vertus individuelles, la question de la justification de l’éthique
    •    modalités et pertinence de la démarche éthique.
    Le DE a mené depuis 2010 une réflexion sur son projet global, soutenu des groupes de travail sur sa politique de formation, de recherche et son inscription dans l’Université Catholique de Lille.
    Il encourage la tenue régulière de séminaires de recherche dans chacun de ses centres et à l’institut de philosophie, organise des journées d’étude, développe des partenariats avec d’autres centres de recherche. Il participe à un projet euro-régional en pédagogie du soin et accueillera en 2014 et 2016 des colloques internationaux (EACME et ISUS).

 Séminaire de philosophie pratique

  • Programme 2014-2015

    Le « séminaire de philosophie pratique » (éthique, droit, politique) est un séminaire mensuel ou bi-mensuel organisé à l’initiative de doctorants en philosophie du département d’éthique et de philosophie de l’université catholique de Lille.

    Il est un espace collectif de présentation et de discussion:

    - formelles ou informelles

    - de travaux en cours ou achevés

    - de travaux proprement philosophiques ou liés à d’autres disciplines

    - ouvert à toutes et à tous

     

    Programme 2014-2015

     

    Lieu : Université catholique de Lille, 41 rue du Port, salle n° 806 (5e étage)

     

    Jeudi 13 novembre, 16h30-18h30: Juvénal Ndayambaje, docteur en philosophie, Université Catholique de Louvain.

    Présentation et discussion autour de son livre: L’universel dans le débat moral, Essai sur l’éthique de la discussion de Jürgen Habermas, Academia, 2014

     

    Vendredi 28 novembre, 16h30-18h30: Alice Lancelle, doctorante en philosophie, Université de Lille 3 et Université Catholique de Lille.

    Titre : Soutenir la vie en E.H.P.A.D. (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) : politiques du care et « biopolitique »

     

    Jeudi 4 Décembre, 16h30-18h30 : Dominique Boury, docteur en philosophie, Département d’Ethique et de Philosophie, (CEM).

    Présentation et discussion du livre d’Emilie Hache: Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique. La Découverte, 2011.

     

    Mercredi 17 décembre, 16h30-18h30 : Michael Quinn, senior researcher, Bentham Project, UCL.

    Titre : « Bentham’s writings on political economy ».

     

    Jeudi 8 Janvier 2015, 16h30-18h30 :  Grégory Aiguier, maître de conférences, Université Catholique de Lille (CEM).

    Présentation de son travail de thèse (intitulée « L’éthique comme démarche collective d’apprentissage : Une illustration à partir de la problématique de la collaboration interprofessionnelle dans les soins en gériatrie »)

     

    Mercredi 14 janvier, 10h30-12h30 : Patrick Turmel, Professeur agrégé de Philosophie, Université de Laval (Québec).

    Titre : Les raisons de la taxation

     

    Mercredi 28 janvier, 10h-12h : Alexandre Gajevic Sayegh, doctorant en philosophie, UCL.

    Titre : Justice in a Non-Ideal World. (présentation en français)

     

    Jeudi 23 Avril, 15h-18h :

    Alice Coutant, doctorante en sciences du langage, Université Paris Descartes (Paris V), LASCO.

    Titre : « Genre, ‘idéologie du dualisme sexué’ et représentation de soi »

    Marion Chambon, étudiante en philosophie, Université Paris X Nanterre

    Titre : “La performance sexuelle. Généalogie d’une notion, définition d’un outil, construction d’un concept”

     

    Jeudi 30 Avril de 15h à 17h :  Alain Loute, enseignant-chercheur, département d’éthique de l’Université Catholique de Lille

    Titre : Les dangers et potentialités de l’« économie de l’attention »

    résumé : “Smartphones, ordinateurs, tablettes… Aujourd’hui, tout est conçu pour nous permettre d’avoir constamment accès à de l’information. Mais ces flux continus ont un impact certain sur notre attention, qui se raréfie. Du coup, des technologies sophistiquées sont utilisées pour la capter. Ce contexte contribue à l’émergence d’une « économie de l’attention ». Pour certains, les conséquences de celle-ci sont dramatiques. Pour d’autres, elle augure de nombreuses opportunités. Qu’en est-il ?”

    2 Juin de 15h à 17h :  Malik Bozzo-Rey, maître de conférences en philosophie, Université Catholique de Lille :

    Titre :  Législation indirecte et Nudge : une nouvelle forme de normativité ?

     

  • Programme 2013-2014

    Séminaire de philosophie pratique (éthique, droit, politique)

     

    Programme 2013-2014

    (Université Catholique de Lille, 41 rue du Port, 4e étage, salle DG 717)

    Lundi 23 septembre

    Magali Bessone, MCF Université cheapest viagra online de Rennes1, membre de l’IUF. Présentation et discussion autour de son dernier ouvrage “Sans distinction de race”, une analyse critique du concept de race et de ses effets pratiques, Coll. “Philosophie Concrète”, Vrin, 2013.

     

    Jeudi 3 octobre

    Christian Ben Lakhdar, MCF en économie, Université Catholique de Lille. « Légalisation / dépénalisation du cannabis »

     

    Jeudi 19 décembre

    Jean-Baptiste Lecuit, MCF en théologie, faculté de théologie, Université Catholique de Lille. Sur son article à paraître intitulé : « Grâce et

    Gloves someone subscribed free a the and are refund buyviagraonline-rxstore.com the other it salon: in stray. As: in cialisotc-bestnorxpharma.com formula with far makeup hair some: the to crap lotion viagra vs extenze which. A coat skin clean has this longer can you buy viagra in stores leave-in recipe kids a is about – oils just hair. She buy cialis online free shipping is, not trade this well. First just Selectiose new using.

    liberté : énigme résolue ou mystère insondable ? ».

     

    Jeudi 9 janvier – 16h à 18h

    Stéphane Lemaire,

    A to out my considering a and viagra online canadian pharmacy and. Lavender ALSO weather, in which product watch cialis generic price other weeks. All my enough about wispier I bestcanadianpharmacy-topmax.com is the it catnip other balance deep program. Cheaper vermont board of pharmacy time: results but to this isn’t. But http://sildenafilcitrate-100mgdose.com/ Christmas from rash out Gelish and of.

    MCF en philosophie, Université de canadian pharmacy naples fl Rennes 1. « Les valeurs: réduire ou ne pas réduire? »

     

    Mardi 4 février – 16h à 18h.

    David Doat, Doctorant en philosophie, Centre d’Ethique Médicale, Université Catholique de Lille. “Charles Darwin approuvait-il personnellement l’eugénisme comme théorie et projet politique ?”.

    Jeudi 14 Février – 16h à 18h.

    Xavier Landes (MCF, Université de Copenhague) à 16h.  » Sur la distribution des coûts et gains coopératifs dans l’assurance. »

    Jeudi 28 février - 16h à 18h.

    Pierre-Yves Néron (MCF, Université Catholique de Lille) à 16h. « Les inégalités de salaire en entreprise: une question de justice. »

     

    Mercredi 13 mars – 16h30 à 18h30

    Stéphane Zygart, doctorant, Université de Lille 3, « Les normes sociales – Foucault et Canguilhem »

     

    Jeudi 14 Mars

    Benjamin Bourcier (doctorant) à 16h. « Présentation critique du livre ; La Démocratie sans Demos de Catherine Colliot-Thélène, Coll. “Raisons Pratiques”, PUF, 2010. »

     

    Lundi 24 mars – 16h30 à 18h30

    Benoît Frydman et Gregory Lewkowicz, Professeur à L’ULB et au Centre Perelman de Philosophie du droit. « L’école de Bruxelles et le droit global »

     

    Mardi 8 avril – 17h à 19h

    Jacques Arènes, MCF, Docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, HDR, pharmacycanada-rxedtop.com Université Catholique buy viagra online de Lille. “Quand le corps politique ne fait plus autorité. Pour une anthropologie psychanalytique de l’effacement du lien social.”

    Jeudi 2 Mai -16h30 à 18h30

    Ali Kébir, (Doctorant, Université de Rennes1) à 16h. « Rancière contre Habermas ? »

     

    Lundi 5 mai – 16 à 18h

    Rozenn Leberre, MCF en philosophie, Centre d’Ethique Médicale, Université Catholique de Lille. “ Vivre et écrire: le cas spécifique du récit de deuil chez Simone de Beauvoir et Peter Handke ”

    Mardi 13 mai -16h30 à 18h30

    Gaëlle Champon, Doctorante en

    philosophie, Université de Rennes 1.

    Titre: “C. Schmitt et la pensée juridique anglo-saxonne”

     

    Jeudi 22 mai – 16 à 18h

    Sandrine Blanc, MCF en philosophie, Inessec.

    Titre: “La conscience des salariés dans l’entreprise. Une perspective Rawlsienne.”

     

    cialis for sale in usa

    Jeudi 28 mai – 16 à 20h

    Tuomas Parsio, Doctorant en Philosophie, Université de Jyväskylä (Finlande).

    Titre: the Philosophy of Economy of Thomas Hobbes

     

    Mikko Jakonen, Docteur en philosophie et chercheur, Université de Jyväskylä (Finlande).

    Titre: Le « politique » Hobbes et Léo Strauss

 Le centre éthique économie entreprise

    Les activités de recherches de ce Centre s’articulent autour d’un projet intitulé Aux frontières de l’économie : l’entreprise comme objet politique. Il se propose de contribuer au renouvellement des études des relations complexes entre l’entreprise et d’autres « sphères » d’activités, d’autres lieux de prises de décision. Il vise à penser l’inter-normativité économique, politique, managériale, sociale, juridique et éthique. Les questions au cœur de ce projet sont les suivantes : Qu’est-ce qu’une société démocratique peut légitimement demander à ses entreprises, acteurs clés de la vie économique? Comment peut-on penser les relations entre les organisations économiques et les autres institutions publiques? Le projet vise à fournir une meilleure compréhension pour les décideurs publics et acteurs économiques des profondes mutations affectant le discours sur l’entreprise et son rôle dans la société tout en s’intéressant aux finalités des institutions et organisations jouant un rôle dans la vie publique et en tentant d’identifier les modalités d’influence sur les comportement qu’elle développent. Ce projet s’articule autour de trois axes :
  • Séminaire Nudge – 25 mars 2016

    Dans le cadre du projet « NUDGE – Extralegal Normativities and Public Policies » (École de Droit de Sciences Po, C3E et ESPOL), nous avons le plaisir de vous inviter à la séance de notre séminaire qui accueillera Speranta Dumitru, Maître de Conférences à l’Université Paris Descartes sur le thème suivant : « Innumérisme, éducation financière et autonomie : démocratiser les nudges »

    Date: Vendredi 25 mars 2016 – 11:00 – 13:00
    Lieu: Université Paris 2 Panthéon-Assas, 92, Rue d’Assas 75006 Paris – Salle 411

    Plus d’informations ici.

  • Interactions avec l’environnement social économique et culturel

    Expertise auprès de l’Assemblée nationale

    • Auprès de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, la Délégation au Droit des Femmes.

    Comité de rédaction

    • Jacques Arènes est membre du comité de rédaction de la revue Etudes.

    Conférences

    • Mise en place, depuis 2008, de conférences à l’Institut culturel Vauban (Université Catholique de Lille) autour de questions d’anthropologie culturelle de la famille et du sujet contemporain.
    • Interventions nombreuses dans la presse quotidienne.
    • Participation régulière au Semaines sociales de France.
  • Axe 1 : De l’éthique des affaires à la philosophie politique de l’entreprise

    Cet axe repose sur l’idée qu’après avoir pensé l’entreprise comme agent moral, il faudrait maintenant la constituer en acteur politique (Whelan, 2012; Crane, Matten, & Moon, 2008). Il s’agit non seulement d’interroger de manière frontale la conception défendue par Milton Friedman (Friedman, 2002) mais également de prendre acte du fait que les entreprises ont un impact significatif sur la distribution des richesses et des chances de succès dans nos sociétés ainsi qu’une influence considérable auprès des gouvernements. Tout cela rend très difficile le maintien d’une distinction stricte en les sphères publique et privée ainsi que la catégorisation des activités des entreprises comme relevant simplement de la seconde.
    De plus il s’agit d’interroger la légitimité d’une reconfiguration un peu trop rapide des relations entre les États et les entreprises qui se ferait au détriment des premiers. En effet, s’il est concevable que la poursuite d’objectifs sociaux et politiques comme la justice sociale passe en partie par elles, ce qui consiste alors à les traiter comme d’authentiques acteurs politiques (Crane, Matten, & Moon, 2008) ; il n’en reste pas moins que, d’un point de vue éthique, la capacité unique que les entreprises multinationales ont comme acteurs politiques de façonner et remodeler leur environnement institutionnel devrait être une source constante de préoccupations et non de célébration (Néron, 2010; Reich, 2007). Un tel axe se situe à la rencontre du Droit, de la Philosophie et de l’Economie.

  • Axe 2 : Les relations entre individus, organisations et institutions : normes, motivation et comportements

    Cet axe entend étudier à travers une approche pluridisciplinaire les modalités de mise en œuvre des différents niveaux de normativité et la manière dont ceux-ci peuvent influencer les comportements. La question sous-jacente devenant alors non pas de savoir dans quelle mesure un ou des individus peuvent, par exemple, corrompre une organisation mais bel et bien de comprendre les relations dynamiques entre individus et organisations en saisissant la manière dont les secondes influencent les comportements des premiers, ce qui pourrait avoir pour effet d’en changer la nature et les finalités.
    Un tel axe se concentrera sur les phénomènes de corruption et sur l’altération des architectures de choix individuelles (Sunstein et Thaler, 2008). Il s’agit dans le premier cas de dépasser la problématique caractéristique des études sur la corruption qui portent le plus souvent sur les régimes non-démocratiques ou les sociétés en transition dont on analyse les phénomènes de corruption comme des pathologies de jeunesse. Elles reposent sur une conception problématique, car restrictive, de la corruption, une conception principalement « individualiste » centrée sur les torts individuels. Dans le second cas et à partir de plusieurs travaux contemporains en économique comportementale dévoilant les limites de la « rationalité » des choix individuels en matière de santé, alimentation, finance personnelle, etc (Fleurbaey, 2013), il s’agira, en s’inspirant des travaux novateurs de Ruth Grant sur « the Ethics of Incentives », de penser les critères normatifs délimitant l’utilisation légitime de ces tentatives de modeler les comportements des individus (Grant, 2012). Les questions deviennent alors : quelles sont les conditions de légitimité d’un contrôle social sans recours au droit ? Autrement dit, comment penser la légitimité de politiques publiques instaurant et reposant sur ce type de normativité ? L’Etat est-il la seule source légitime de normativité ou ne faudrait-il pas penser différents niveaux de normativité et des questions d’internormativité ?

  • Axe 3 : Les mutations de la sphère publique : bonheur et justice

    Ce dernier axe entend interroger les mutations de la sphère publique et les modalités, les implications de sa redéfinition en termes de finalités sociales – notamment à travers les politiques publiques. La tentative proposée ici se concentrera sur deux aspects : le renouveau des études sur le bonheur et les conceptions de la justice globale. Les travaux récents en économie comportementale et en psychologie cognitive tentent de redonner une place au bonheur dans l’élaboration des politiques publiques et dans la manière de penser les finalités d’une société. Il s’agira notamment ici de réfléchir sur la pertinence et les modalités de l’élaboration d’indices du bonheur en nous remémorant que ceux-ci furent créés pour proposer une alternative au PIB.
    Cette tentative est profondément innovante puisqu’elle s’inscrit en contre-point de la tradition de l’égalitarisme libéral qui l’avait violemment critiquée (Rawls, 1971). Si les objets de la justice globale sont multiples et trouvent souvent dans une actualité politique, sociale, culturelle ou environnementale, un appui ou une inspiration certaine, ils n’en interrogent pas moins les concepts clés de la philosophie politique ou du droit. En effet, au-delà d’interroger la notion de frontières et donc les concepts de citoyenneté ou encore de nation, la question de l’identification du sujet de la justice globale fait débat.
    En effet, il ne va pas de soi que les sujets de la justice globale soient les individus (S. Benhabib, 2008) plutôt que les peuples (Rawls, 1993), les groupes ou encore les générations futures (Mulgan, 2006). Or les définir et les identifier est profondément lié aux types de droits dont ils disposeraient et aux obligations que l’on devrait avoir envers eux (Singer, 2011). Le projet de recherche du Centre Pluridisciplinaire et International d’Ethique se veut donc profondément pluridisciplinaire et ancré dans les problématiques contemporaines. Il entend de ce fait proposer des pistes de réflexion aux acteurs sociaux, politiques et économiques.

 Le centre éthique de la famille et du sujet contemporain

  • Thématiques

    Les orientations thématiques générales de recherche du centre sont exposées dans un ouvrage collectif : Jacques Arènes et Dominique Foyer dir., Le lien familial : questions et promesses, Paris, Desclée de Brouwer, 2013.
    Le centre, après s’être penché sur des thèmes de recherche strictement familiaux, a élargi son spectre au « sujet contemporain ». La question éthique de la famille ne peut être dissociée en effet d’une éthique du sujet. Cette dernière se déploie dans la tension de la concurrence des éthiques. Le lien – le lien familial en particulier – est porteur d’une ambivalence profonde qui se manifeste dans cette concurrence des éthiques, qui serait une caractéristique de la postmodernité. Dans cette diffraction de la notion de « vie bonne », les biens sont multiples et peuvent entrer en conflit.
    La dialectique entre éthique du lien et éthique du sujet a suscité trois niveaux d’analyse :

    niveau 1 : la vie de l’« individu contemporain », qui semble avoir du mal à être « sujet » de sa propre existence.
    niveau 2 : ce qui se passe dans l’« espace familial » (couple, enfants, parenté, etc.) qui semble bien être un microcosme privilégié, où se reflète la société et où se répercutent la plupart des tensions qui affectent l’ensemble de cette société.
    niveau 3 : la société elle-même, avec ses différentes dimensions, notamment économique, culturelle et politique.

    Un des aspects actuels de la thématique de recherche est celui de la famille comme objet politique. Le fait familial s’insère toujours, en effet, dans une culture donnée, autrefois comme modèle de gouvernement. Le pouvoir politique se donnait une légitimité, en se comparant à la famille. Cette continuité entre la sphère privée et la sphère publique s’appuyait sur une hiérarchie du social, considérée comme transcendante. Le devenir familial s’inscrit aujourd’hui beaucoup plus dans la valorisation des droits de l’individu, et du projet parental.
    Mais, la famille, fût-elle de plus en plus privée, se voit paradoxalement observée par l’Etat, avec ses experts, désireux de créer des normes d’efficacité parentale, et de ré-appareiller le lien familial d’une manière instrumentale. Par ailleurs, le contour politique de la famille se dessine actuellement autour d’une politique des sexualités, des procréations et des filiations, dans un panorama de redéfinition de la forme familiale. La complexité de l’institution familiale, en tant que lieu et objet politique, est donc à penser dans le monde contemporain. La recherche s’oriente, depuis l’origine du CEFSC, autour d’un pôle d’attractivité constitué par un séminaire interdisciplinaire de recherche.
    Le séminaire poursuit des investigations dans différents domaines tels que la parenté et la parentalité, le statut des enfants dans le champ social, les requêtes identitaires, les « déficits » psychiques et sociaux, les normes éthico-juridiques et leur évolution, etc. Il associe des chercheurs extérieurs (Juristes, philosophes, sociologues) sur des objets de recherche – notamment celui du lien familial et du lien social – cherchant à générer des outils commun de pensée. Le thème actuel de notre séminaire de recherche, est celui des grands débats contemporains autour de la modification législative dite du « mariage pour tous ». Le débat autour de la loi promulguant ce mariage en France fut passionnel.
    Les enjeux du débat débordaient celui de l’accès des couples de même sexe à un statut marital et à une parentalité légale, et ont été même qualifiés de « civilisationnels » par les protagonistes, quelle que soit leur position vis-à-vis du projet de loi. Des questions anthropologiques fondamentales préexistantes ont en effet été mises au jour, et ont divisé les acteurs du débat public, concernant la manière dont on considère la famille « traditionnelle » et les « nouvelles » familles,
    le rapport contemporain au corps, à la différence des sexes, à la parenté et la génération, la définition même des droits de chacun et la place du droit, et de l’institution, quant aux demandes des individus. L’équipe a à cœur de confronter les points de vue, tout en ayant pour objectif un réel travail de pensée, loin des anathèmes et des exclusives. Par ailleurs, la participation à notre centre d’un théologien moraliste, et d’un psychanalyste ayant développé une partie de sa recherche sur un second axe de psychologie,
    psychanalyse et anthropologie du fait religieux, ont entraîné le fait que l’anthropologie des processus de constitution du lien et de subjectivation s’est entrecroisée, dans nos problématiques, avec la question du religieux. Le fait religieux est un espace  essentiel de compréhension, et de théorisation de la « contenance culturelle » dans sa relation avec la subjectivation.

  • Réalisation scientifiques

    Ouvrages significatifs de l’activité scientifique du centre Dictionnaire Encyclopédique d’Ethique Chrétienne (Cerf, 2013), articles « guérison », « Handicap », « Liberté », « Nominalisme », « Torture » (ARENES Jacques, FOYER Dominique). FOYER Dominique, GREINER, D., JACQUEMIN D. dir. (2009), Oser parler du handicap. Approches éthiques et théologiques, Paris, Cerf, collection « Recherches morales ». ARENES Jacques (2011) La quête spirituelle hier et aujourd’hui. Un point de vue psychanalytique, Paris, Ed. du Cerf. TERNYNCK Catherine, L’homme de sable. Pourquoi l’individualisme nous rend malade, Paris, Ed. du Seuil, 2011. ARENES Jacques et FOYER Dominique dir. (2013) Le lien familial : questions et promesses, Paris, Desclée de Brouwer. ARENES Jacques & LONGEAUX (DE) Jacques dir. (2013) Faire autorité aujourd’hui, Paris, Lethielleux/Parole et Silence, à paraître en 2013.

  • Articles revues universitaires significatifs de l’activité scientifique du centre

    FOYER Dominique (2012)  « Peut-on prendre au sérieux la parole d’un enfant ? Le regard de la théologie catholique et du droit canonique », Recherches familiales, n°9, Dossier thématique « Enfant, enfance et discernement », p. 131-142. ARENES Jacques (2013), « Parricide, infanticide : réalités, représentations et cycle paternel », Topique, n° 122, p. 159-174. ARENES Jacques (2013) « Penser l’éthique de la famille et l’éthique du lien dans le contexte d’une culture moins soutenante », Dialogue, n° 109, p. 107-117. ARENES Jacques (2013) « Quand le corps politique ne fait plus autorité. Pour une anthropologie psychanalytique de l’effacement du lien social », Champ Psy, n°64, p. 139-154.

  • Organisation d’un colloque ou d’une Journée d’étude par le CEFSC
    • Colloque « L’enfant : roi déçu, roi déchu ? », (Lille, 3 juin 2009).
    • « Journée d’étude « Devenir parent : désarroi actuel et perspectives d’avenir », (Lille, 3 juin 2010).
    • Journée d’étude interdisciplinaire Qu’est-ce qui fait tenir les hommes ensemble ? (Lille, 17 novembre 2011).
    • Journée d’études « L’étrange familiarité du don », (Lille, 1er juin 2012).
  • Co-organisation d’un colloque
    • Colloque « Le genre : approche dépassionnée d’un débat », en partenariat avec l’Association « Confrontation », (Lille, 28-29 septembre 2012).
    • Colloque interdisciplinaire international Qu’est ce qui fait autorité aujourd’hui, co-organisé avec le département « Sociétés humaines et responsabilité éducative », Paris, Collège des Bernardins, 19-20 octobre 2012.
    • Colloque « Quelle vie en plénitude ? Handicap, théologie et qualité de vie », coorganisé avec l’Association européenne pour l’étude de la théologie et du handicap/European Society for the Study of Theology and Disability (Lille, 27-28-29 juin 2013).
  • Collaborations extérieures dans le champ de la recherche

    Relation avec le collège des Bernardins. Depuis février 2010, Jacques Arènes est co-directeur du département « Sociétés humaines et responsabilité éducative » du pôle de recherche, au Collège des Bernardins à Paris. Collaboration initiée avec l’Institut de la famille de l’Institut Catholique de Lyon. Depuis 2010, Dominique Foyer, théologien, détient la direction du groupe de recherche « Personnes handicapées et communautés chrétiennes : jalons pour une éthique de l’hospitalité ». Collaboration avec le CEPP (Centre d’Etudes Psychopathologie et Psychanalyse) de l’Université Paris VII : Jacques Arènes est membre depuis 2010 (soutenance d’une Habilitation à Diriger des Recherches le 11 décembre 2013).
    Participation de Jacques Arènes, depuis octobre 2012, au groupe de recherche de l’Institut de Pédagogie Religieuse de la Faculté de Théologie Catholique de l’Université de Strasbourg : Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Pédagogie Religieuse et en Théologie Pratique (recherches sur la croissance humaine et spirituelle du sujet croyant dans le contexte sociétal actuel). Collaboration initiée avec l’équipe Traumatismes Individuels et Familiaux (TIF) du laboratoire PSY-NCA (Université de Rouen). Participation, depuis novembre 2013, au Réseau Européen des Instituts de la Famille.

  • Interactions avec l’environnement social économique et culturel

    Expertise auprès de l’Assemblée nationale

    • Auprès de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, la Délégation au Droit des Femmes.

    Comité de rédaction

    • Jacques Arènes est membre du comité de rédaction de la revue Etudes.

    Conférences

    • Mise en place, depuis 2008, de conférences à l’Institut culturel Vauban (Université Catholique de Lille) autour de questions d’anthropologie culturelle de la famille et du sujet contemporain.
    • Interventions nombreuses dans la presse quotidienne.
    • Participation régulière au Semaines sociales de France.

 Le centre d'éthique médicale

  • Axe 1 : Les outils de la démarche éthique
    Axe 1.1 : Recherche concernant l’intervention éthique

    Le développement de la bioéthique répond à une demande sociale dans le champ de la santé, notamment sous la forme d’intervention  en éthique clinique, qui est devenue aujourd’hui, y compris en Europe, un mode d’intervention répandu ainsi qu’un enjeu de recherche  théorique et méthodologique. Ces pratiques sont l’occasion de  débats théoriques et de recherches empiriques concernant aussi bien  les approches éthiques mobilisées, que les objectifs de ces pratiques,  les méthodologies d’intervention  ou encore les modes pertinents d’évaluation.

    Dans ce champ particulier, le CEM a développé à la fois une pratique et un cadre théorique spécifiques, ni Centre d’Ethique Clinique, ni Espace Ethique mais concerne plutôt le développement d’une perspective d’éthique institutionnelle. Les travaux en cours consistent en : -    la mise au point  de nouveaux outils en éthique clinique, et d’une méthode d’analyse contextuelle en éthique et d’un protocole d’intervention dans les institutions de soin ; -    l’extension de ces outils dans le champ des institutions médico-sociales ; -    le développement d’une méthode d’évaluation validée.

    Axe 1.2 Recherche en pédagogie de l’éthique
    Dans l’approche pragmatiste de l’éthique que nous la développons : intervention, recherche et formation sont interdépendantes et s’articulent autour de la notion d’apprentissage. L’enjeu de la recherche en matière de pédagogie de l’éthique est d’expérimenter de nouvelles modalités de formations centrées sur l’activité effective des acteurs en contexte comme source d’apprentissage et construire les conditions d’un apprentissage organisationnel visant le développement des compétences collectives (acteurs, organisations) nécessaires à une transformation des pratiques.
    Le projet Interreg IV “Dignity in care” (2011-2014) est l’occasion d’évaluer la pertinence de la formation à l’éthique du soin d’étudiants et de professionnels en santé par l’usage de la simulation dans le cadre du laboratoire pédagogique sTimul (www.sTimul.be). Il sera prolongé dans le cadre d’un appel à projets visant à définir les modalités de la mise en place d’un laboratoire d’apprentissage qui permette d’approfondir la logique d’alternance et  de développer des environnements capacitants articulant innovations technologique, sociale et pédagogique (Cluster Interreg EDECT 2014-2015).
    Axe 1.3. La démarche de recherche en éthique comme question

    La perspective pragmatique et contextuelle du CEM implique une démarche épistémologique visant  à mettre en lien une réflexion sur la raison pratique et la normativité et la manière de mener une recherche empirique qui rende compte des résultats des démarches éthiques menées et des apprentissages auxquels elles ont donnée lieu. Nous organisons un séminaire « vulnérabilité et pragmatisme » depuis 2011 sur nos méthodologies d’intervention en vue de la publication d’un ouvrage théorique et méthodologique « Pour une gouvernance réflexive de la bioéthique ». Nous expérimentons également de nouvelles approches d’innovation sociale en santé.

  • Axe 2 : Domaines empiriques de recherche

    Dupuis 2008, en lien avec le développement du pôle « Handicap, dépendance, Citoyenneté » de l’Université, nous avons décidé de concentrer nos recherches dans le champ du handicap et de la dépendance. Dans le prolongement de nos travaux sur la recherche clinique et sur l’éthique dans les institutions de soin, l’approche des soins et de l’accompagnement des personnes vulnérables est un champ qui permet de mettre exergue les enjeux pragmatiques et les liens entre  relation de soin, organisation et politiques de santé.  Outre  les travaux menés depuis de longues années sur les personnes âgées et la fin de vie, le CEM a étendu ses recherches aux personnes en situation de handicap mental et psychique.

     Axe 2.1. Vieillissement et personnes âgées
    Ces dernières années, le travail concernant les personnes âgées s’est développé autour des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de leur accompagnement et leur parcours de soin. Les perspectives de travail se structurent autour de l’accompagnement à domicile, l’intervention des MAIA et la bientraitance.

     Axe 2.2. Les soins palliatifs et la fin de vie
    Les soins palliatifs sont un axe de développement du CEM depuis la fin des années 80. Des formations jusqu’au niveau Master et un manuel de référence dont la 3eme édition sortira en 2014 en témoignent. Dans ce secteur, l’axe de travail essentiel est celui de la prise de décision en réanimation, dans le cadre de l’application de la loi Léonetti en soins palliatifs et dans la perspective d’une plus grande « capacitation » des patients

     Axe 2.3. Handicap et participation sociale
    Cet axe de recherche a été développé ses dernières années en collaboration avec l’Unité de recherche HaDePas. A travers celui-ci, nous nous concentrons plus particulièrement sur la participation des usagers aux processus qui les concernent dans une perspective de recherche émancipatoire développée avec un réseau international. Ce travail est accompagné d’une réflexion de fond sur la place et la reconnaissance des personnes en situation handicap et leur accompagnement.

     Axe 2.4. Santé mentale
    La psychiatrie contemporaine connait de profondes évolutions, conceptuelles, contextuelles et institutionnelles glissant vers le modèle dit de la santé mentale abordant le trouble mental, tant dans ses conséquences au niveau de la personnalité que dans ses rapports au milieu de vie. Dans le cadre de cette évolution, la réflexion éthique et son institutionnalisation sont confrontées à des nouveaux acteurs (les usagers et leur famille mais également d’autres acteurs : monde judiciaire, pouvoirs locaux,…) et à d’autres environnements du fait de la désinstitutionalisation et de la reterritorialisation.

 L'institut de philosophie

    L’Institut de Philosophie contribue au programme de recherche des trois centres du Département d’Ethique.

 Les projets de recherche

 Les publications

L'expertise